Les questions d’actualité

Avec le vote de la loi, le contrôle de l’action du gouvernement est constitutionnellement l’autre grande prérogative du Sénat. Celle-ci s’exerce notamment au travers des questions d’actualités (deux jeudis par mois), des questions orales, avec ou sans débat, et des questions écrites.

Lire la suite

Face aux ruptures de stocks, où en est la production d’un vaccin français contre la Covid-19 ?

Cinquième vague -

8 décembre 2021
https://youtu.be/Cn6eNahdu0s
Face aux ruptures de stocks, où en est la production d’un vaccin français contre la Covid-19 ?

Ma question s’adresse à M. le ministre des solidarités et de la santé.

Vous avez annoncé lundi soir, monsieur le ministre, le renforcement des mesures de vigilance face à la cinquième vague de la pandémie.

Vous avez annoncé, en plus du durcissement du protocole sanitaire à l’école primaire et du recours au télétravail, que les personnes âgées de plus de 65 ans seront dispensées de prendre rendez-vous pour le rappel de vaccination.

Sur le terrain, les pharmacies et les centres de vaccination sont pris d’assaut par nos concitoyens pour bénéficier de leur troisième dose avant le 15 janvier. Or les stocks de vaccins Pfizer commencent à manquer.

Votre solution, qui consiste à proposer en priorité le vaccin Moderna, n’est pas de nature à rassurer celles et ceux qui sont réticents à se faire vacciner en raison des risques, certes très rares, inhérents à ce vaccin pour les moins de 30 ans.

Aussi, ma question est simple : face aux ruptures de stocks de vaccins, où en est la production d’un vaccin français contre la covid-19 ?

M. Jean Castex, Premier ministre. C’est honteux !

Mme Marie-Claude Varaillas. Le Gouvernement a investi 530 millions d’euros entre les mois de mars 2020 et de mars 2021 dans la recherche contre la covid-19, mais pour quels résultats ?

Certes, les dividendes des industriels du médicament ont progressé, mais où en sont les résultats de la recherche en France ?

M. le président. La parole est à M. le ministre des solidarités et de la santé.

M. Olivier Véran, ministre des solidarités et de la santé. Madame la sénatrice, vous m’interrogez sur la campagne de vaccination de rappel. Vous vous étonnez de l’affluence dans les centres de vaccination, dans les pharmacies et chez les médecins.

Notre objectif, c’est d’aller vite et de vacciner ceux qui sont fragilisés, c’est-à-dire ceux dont la deuxième injection est ancienne. Le rappel évitera de nombreuses infections, de nombreuses hospitalisations et de nombreux décès dus au covid-19.

Vous regrettez que les personnes de plus de 65 ans qui se présentent sans rendez-vous ne puissent bénéficier de leur dose de rappel. Pour ma part, je remercie les collectivités territoriales et leurs agents, les agences régionales de santé (ARS), les préfets, et bien sûr les soignants qui ont permis de réaliser plus de 650 000 injections en une seule journée dans notre pays hier. C’est un record !

M. Jean Castex, Premier ministre. C’est un record européen !

M. Olivier Véran, ministre. Cela montre, premièrement, l’engouement pour le rappel ; deuxièmement, que nous sommes capables de répondre à la demande et que la logistique suit ; troisièmement que nous sommes engagés dans une course contre la montre face à la cinquième vague. Il faut aller vite ! Vous ne m’entendrez jamais me plaindre du fait que de nombreux Français souhaitent se faire vacciner.

Madame la sénatrice, je ne peux pas vous laisser dire n’importe quoi sur le vaccin Moderna. Ce n’est pas responsable de tenir ce discours ! (Protestations sur les travées du groupe CRCE.)

Ce vaccin à ARN messager fonctionne aussi bien que le Pfizer. Ce n’est pas parce que vous avez eu deux doses de Pfizer que la dose de rappel ne peut pas être du Moderna. Moi-même j’ai reçu de l’AstraZeneca, du Pfizer, du Moderna et je suis présent aujourd’hui devant vous ! (Protestations.)

Mme Éliane Assassi. Ce n’est pas la question !

M. Olivier Véran, ministre. Il n’y a pas de pénurie de vaccins ! Nous disposons des doses en nombre suffisant pour protéger toute la population. L’important est de recevoir une dose de vaccin à ARN messager, que ce soit du Pfizer ou du Moderna.

Il n’y a, je le répète, aucune pénurie ! La médecine de ville a reçu cette semaine 4 millions de doses complémentaires. D’autres commandes sont en cours.

Mme Cécile Cukierman. Il n’y en a pas !

M. Olivier Véran, ministre. Je rappelle que le Pfizer est conseillé pour les moins de 30 ans. Les adultes plus âgés peuvent bénéficier indistinctement du Pfizer ou du Moderna.

Mme Cécile Cukierman. Il faut attendre trois semaines pour obtenir un rendez-vous !

M. Olivier Véran, ministre. Madame la sénatrice, ce que vous dites est faux ! Des doses de Pfizer sont disponibles dans les centres de vaccination. Des millions de doses sont en cours d’utilisation. Je vous conseille plutôt d’encourager ceux qui vaccinent au lieu de hurler !

M. le président. La parole est à Mme Marie-Claude Varaillas, pour la réplique.

Mme Marie-Claude Varaillas. Monsieur le ministre, nous l’avons déjà dit, il est urgent de lever les brevets et de réquisitionner Sanofi pour produire un vaccin public indépendant des intérêts des actionnaires.

Face à cette crise sanitaire qui n’en finit pas, le Gouvernement est responsable de la situation des hôpitaux et du secteur médico-social, qui souffrent cruellement du manque de moyens humains et financiers.

Au lendemain d’une journée de mobilisation nationale des personnels des structures associatives non lucratives, j’ai une pensée pour tous les oubliés du Ségur de la santé qui œuvrent au quotidien pour une société inclusive. Le renforcement de notre service public de la santé et du secteur médico-social doit constituer la priorité du prochain quinquennat.

Les dernieres interventions

Les questions d’actualité Passer en force est toujours un aveu de faiblesse  

Utilisation du 49.3 pour l’adoption de la loi Travail - Par / 12 mai 2016

Administration